Catégorie : Confidences

L’erreur à ne surtout pas commettre si tu veux être heureuse

Tu ne demandes qu’à t’aimer pour être enfin Heureuse mais tu ne sais plus comment t’y prendre ? Tu as l’impression d’avoir tout essayé ? Mais alors quelle est cette erreur que tu commets ?
Tu as essayé les régimes, les crèmes amincissantes, les crèmes anti-rides, les régimes protéinés, cétogènes, les cures monodiet, et j’en passe.
Tu as passé des heures à la salle de sport ou à courir, à faire du crossfit, du hot yoga ou power yoga.
Peut-être t’es tu tournée vers les livres de développement personnel ? Tu en as lu des dizaines et le fond résonnait en toi mais rien de concret ne se passait dans ta vie. Peut-être un peu d’affirmations positives ou gratitudes pendant quelques jours puis tu as abandonné car tu ne voyais aucun progrès ?
Pourquoi rien de tout ça n’a marché ?
Parce que tu ne recherchais des solutions qu’à l’extérieur et LA PLUS GROSSE ERREUR selon moi, c’est qu’à chaque fois, tu mises sur le court terme.
Pourquoi c’est l’erreur à ne surtout pas commettre ?
Parce que bien souvent, la contrainte de temps implique de prendre des raccourcis. Et c’est là que tu passes à côté de l’essentiel.
Je suis passée par là. J’ai essayé TOUS les raccourcis. Et aucun d’eux n’a jamais fonctionné.
Pourtant j’y ai cru. Je croyais vraiment que ça fonctionnait sur le coup. C’était tellement évident à mes yeux que la solution était de faire des heures et des heures de sport et d’avoir une alimentation hyper carrée pour atteindre le physique de mes rêves et être enfin HEUREUSE ! Bye bye cellulite et bourrelet et bienvenue à la confiance en moi ! Mais après des années à essayer, c’était tellement loin d’être le cas… Ma vie était en dents de scie entre alimentation saines et restrictive et crise de boulimie. Entre des phases où je me sentais confiante et des phases où je me sentais la plus nulle au monde.
Puis j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel parce que je voyais bien que tout miser sur l’apparence ne fonctionnait pas du tout. J’ai lu quelques livres puis en tant que Coach sportif, j’ai vite compris qu’il n’y avait rien de mieux que de se faire accompagner, surtout quand on ne sait pas par où commencer.
C’est en Australie que j’ai vécu mon premier coaching de vie et waw. Ce que j’ai découvert a dépassé toutes mes espérances. Nos sessions et les outils que ma Coach (Ellie Swift) mettait à ma disposition m’ont fait réaliser, que j’avais déjà tout en moi. Un road trip commencé sur les routes et qui a été jusqu’au tréfonds de moi. Puis, je me suis formée à ce merveilleux métier. C’était ma vocation, je l’avais toujours su.
Je veux te guider dans ce cheminement merveilleux de découverte de soi. Je veux t’apprendre à t’aimer, à te libérer de ce terrible carcan qu’est le manque de confiance en soi. Et pour ça, il n’y a qu’une voie. La patience.

Se découvrir et se reconnecter à soi-même après des années passées à t’ignorer peut être bouleversant, je sais. Mais je te promets que c’est là, le véritable cheminement vers ton bonheur. Patience et bienveillance seront deux essentiels pour t’accompagner dans cette aventure.

En tant que Coach de vie, je guide bien évidemment au travers de coachings personnalisés mais ma vocation dépasse cette sphère et je partage aussi sur ce blog ou sur les réseaux sociaux afin que tu aies l’Audace de croire en toi en essayant quelque chose de nouveau.
Quels sont les solutions pour t’aimer et être enfin heureuse ? Comment ne plus commettre les mêmes erreurs en misant sur le court terme ?

1. Ne plus chercher les solutions de facilité et prendre le temps. 
Prendre le temps de ralentir et te poser les bonnes questions. Prendre le temps dans tes projets de vie pour en apprécier chaque instant. Respecter ton corps, tes émotions et ton esprit.
2. Observer tes pensées et reprendre le pouvoir que tu donnes au regard des autres sur ta vie.
Un premier temps pour faire le point sur ce qu’il se passe en toi. Quelles sont les pensées qui te minent ? Et prendre conscience du pouvoir que tu abandonnes aux autres sur ta propre vie. Agis-tu en étant en alignement avec toi-même ?
3. Agir.
Agir, oui. Ça paraît simple mais c’est pourtant le seul moyen d’avancer et de rester en mouvement. Mais pas de pression ! Petites étapes par petites étapes. L’important c’est d’avancer même si c’est quasiment indiscernable.
Et retrouve ci-dessous le partage de mon propre cheminement.

Durant les pleines lunes, mon sommeil est toujours troublé donc j’ai plus de cernes au réveil. Je n’ai pas pensé à me raser les aisselles depuis plusieurs jours parce que je suis en plein dans les cartons et dans ma réinstallation ici en France + le Programme des Audacieuses + mes coachings + d’autres projets et que ce n’est pas une priorité à mes yeux. J’ai perdu du muscle et pris un peu de gras car je ne donne plus aucun cours collectif depuis trois mois (suite à mon retour en France, je suis en pleine transition). Je venais, en plus, de manger un délicieux Pancake Healthy express pour le petit déjeuner et à chaque fois que je suis sur le point d’avoir mes règles, mon ventre gonfle et prends au moins 2 kilos.
Il y a quelques années, la femme et coach sportif que j’étais n’aurait JAMAIS pris une photo dans ces conditions. Ni maquillée, ni coiffée, les aisselles poilues et le ventre non rentrée. J’aurais fait la photo avant de petit déjeuner, je me serais maquillée, j’aurais rasé mes aisselles et rentré le ventre à fond en choisissant la meilleure des postures pour me mettre en valeur. J’aurais coupé la photo à mi cuisse pour ne pas que vous voyez que j’ai perdu du muscle. Bref, j’aurais présenté une autre version de moi. Une version qui ne dit pas toute la vérité. Et ce n’est pas le message que je souhaitais faire passer. Le message que je veux vous faire passer c’est que : – Sur cette photo je m’aime ! J’aime mon corps et je sais qu’il est voué à évoluer. Rien n’est pérenne. Mon corps m’accompagne et j’accompagne mon corps dans toutes mes aventures. Nous sommes en pleine transition avec un nouveau changement de vie et je ne me mets aucune pression.
– Nos corps sont parfaits comme il sont. – Ils fonctionnent par cycle et il est normal que notre ventre ne soit pas ultra plat 24/24H car on mange, on boit, on va aux toilettes, on a nos règles.
– On a des poils qui poussent et ces poils nous appartiennent et ne sont pas sales. On ne doit pas en avoir honte. C’est LA NATURE !
Petite, je haïssais mon corps. Il me dégoutait. Puis des filles au collège ont aggravé la situation en me harcelant et en m’infligeant les pires critiques qu’une adolescente puisse connaître dans une période où elle construit l’image qu’elle a d’elle-même. Jeune adulte, j’ai été obsédée pour brûler des calories et construire du muscle mais c’est ma santé et moi-même que je brûlais et je construisais une vie fragile et superficielle sans m’en rendre compte…
Rien n’est figé et il ne faut jamais prendre son corps pour acquis. Il faut en prendre soin par notre alimentation, notre niveau d’activité mais aussi par nos pensées envers lui.
Et je suis tellement heureuse de l’avoir compris. J’ai dû passer par des problèmes de santé pour en prendre conscience. Une leçon qui m’a fait grandir et qui m’a depuis permis d’accéder à un bonheur que je ne connaissais pas. Et c’est tout ce que je vous souhaite mes merveilleuses Audacieuses.
Prenez le temps d’apprendre à vous aimer un peu plus chaque jour. C’est la clé d’un bonheur inimaginable et inestimable 💖

Quand j’ai retrouvé cette photo dans mon téléphone, je voulais à tout prix partager son secret. Je l’avais posté sur mon compte Instagram @leona_fityourdreams en 2017. MAIS, je l’avais  recadrée pour couper mes jambes. 
« Elles ne sont pas lisses comme devraient l’être des jambes de coach sportif ». C’est ce que ma petite voix intérieure m’a envoyée en pleine gueule avant que je ne m’apprête à poster. Et ça a suffit. Du coup, je l’ai recadrée. Ce qui a changé depuis que j’ai posté l’ancienne version ? Le regard que je me porte et ma vision de la vie en général (et puis le fait que je sois Coach de vie désormais !).
Il y a quelques années encore, je pensais qu’avoir le corps parfait sans bourrelet, ni cellulite était la clé du bonheur comme je te l’expliquais plus haut. Mais c’est tellement loin de la vérité. (J’ai de la cellulite et pas que sur mes jambes) et je suis Épanouie. N’oublions pas l’essentiel : aimons nos jambes pour tout ce qu’elles nous permettent de faire au quotidien. 

« Tiens toi droite. » « Mais je suis droite ! » cette situation, je l’ai vécu tellement de fois ! La scoliose est une déviation permanente de la colonne vertébrale, liée à une rotation des vertèbres vers le bas ou vers le haut, vers la gauche ou la droite et vers l’arrière ou l’avant. Et j’ai çà depuis que je suis petite. Cette colonne tordue, cette épaule droite plus basse que l’autre et ces hanches qui se déhanchent sans que je ne leur demande rien. Les douleurs de dos et de cervicales insupportables m’empêchant de rester assise ou allonger sans bouger pour soulager l’inconfort et les douleurs sourdes avec qui j’ai appris à cohabiter. 
Je voulais lui dire merci à cette scoliose. Car elle m’a poussée à muscler mon dos, à l’étirer, à l’aimer plus fort que les autres parties de mon corps. Grâce au sport ça va beaucoup mieux et si on y réfléchit bien, c’est grâce à elle que je suis devenue Coach. Alors mille mercis.
Je partage une nouvelle ôde à ce corps qui m’embarassait plus jeune. Parce que j’ai envie de vous inspirer à vous aimer plus fort, peu importe le corps que vous avez.
Nos supposées faiblesses peuvent toutes devenir nos forces si on y travaille. La lumière est partout, il suffit de changer de point du vue. Et je suis là pour vous aider à regarder la où il faut et comme il faut pour pointer la lumière sur votre potentiel.

#jewokeuplikethis 
Après mon corps : ma tête ni coiffée, ni lavée, ni maquillée ! #Jewokeuplikethis yes ! Et d’ailleurs toi aussi et Beyoncé aussi ! Dédramatisons. Ce que tu vois sur cette photo, c’est réel. Avant, je n’aurais jamais osé poster une photo comme ça de peur du regard des autres mais j’y ai travaillé petit à petit. Le déclic absolu a été mon road trip en Australie en 2017 où j’ai carrément arrêté de me maquiller pendant un an mais pas besoin de partir en road trip. Commence petit à petit : va chez le boulanger sans maquillage, reste naturelle en famille puis entre amis puis après fais ce que tu veux et comme tu le sens !
Ce que tu peux faire aussi ? Poste une photo avec le hashtag #Jewokeuplikethis pour participer au mouvement et ajoute #lesAudacieusesFYD pour que je puisse le retrouver facilement. Hâte de découvrir ta bouille au naturel 😘 

« Avant/après ». Même plage. Même journée. Même corps. Seulement quelques minutes et deux angles différents séparent ces deux photos. 
Sur la photo de gauche, on pourrait penser que je suis un peu plus en chair, peut-être que c’est le cas. Sur celle de droite, on peut me voir beaucoup plus fine, sûrement dû à mon saut dans les airs. Et là, n’est pas le débat.
Ce que l’on voit sur les deux photos ? Mon sourire. Tu ne penses pas que c’est tout ce qui compte au final ?
C’est un thème sur lequel je travaille avec beaucoup de mes clientes en coaching. Quand j’ai vu ces deux photos côte à côte, je me suis dit que c’était le parfait moyen de l’exprimer. 
Je suis passée par toutes les phases : sèche, prise de masse, préparation de compét. Tu sais quand est-ce que j’ai été la plus heureuse et la mieux dans ma peau ? Quand j’ai lâché prise et que j’ai commencé à aimer mon corps. Ça ne se fait pas en un jour et comme je te l’expliquais la patience est la clé pour un cheminement constructif vers le bonheur. Et je te promets que ça vaut le coup à 100 %. 
Est-ce que tu t’aimes comme tu es ? À quelle partie de ton corps fais-tu la guerre ? Maintenant à toi de jouer, de l’aimer et de t’engager à le faire dès aujourd’hui. Aime-toi plus fort chaque jour, un point c’est tout.
Alors, que vas-tu mettre en place à la suite de cet article ? Je te rappelle les trois étapes :

1. Ne plus chercher les solutions de facilité et prendre le temps. 
Je t’invite à reconsidérer tout ce que tu as mis en place durant ces dernières années. Et en ce moment, que fais-tu pour être plus heureuse et apprendre à t’aimer ? Penses-tu à long terme ? Respectes-tu ton corps et tes émotions ? Te laisses-tu gouverner par un mental intransigeant ?
2. Observer tes pensées et reprendre le pouvoir que tu donnes au regard des autres sur ta vie.
Agis-tu en étant en alignement avec toi-même ? Le regard des autres gouverne-t-il ta vie ? 
3. Agir.
Comme je le disais, le seul moyen d’avancer est d’agir, même si c’est un micro pas en avant. C’est un pas.
Commente afin d’inspirer les nombreuses Audacieuses qui liront cet article à faire un pas vers l’amour de soi. (Il est temps de s’inspirer les unes les autres qu’en penses-tu ?)

Reçois des recommandations personnalisées à la fin du test pour transformer ta vie et réveiller l’Audacieuse en toi  + 2 guides en bonus de bienvenue + la Chronique des Audacieuses directement dans ta boîte email (2 chroniques par mois).

Confidence : pourquoi apprendre à m’aimer a été un vrai challenge.

Un article personnel où il est question d’amour de soi, de moi, de nous. 
Aujourd’hui, c’est un article un peu spécial dans lequel je délivre une partie de ma vie. J’avais publié cet article en 2016 et ressentais le besoin d’y revenir et de le partager à nouveau avec toi.
J’ai déjà parlé de mon parcours quant à ma perte de poids et ma transformation en 2014. C’était les débuts de Fit Your Dreams et je n’ai pas voulu toucher à cet article – qui ne touche que la surface d’un problème bien plus profond. Je n’y avais pas abordé un point essentiel. J’y parlais de mon déclic et de ma perte de poids mais je n’avais pas vraiment abordé l’origine du problème: le manque de confiance en moi.
[ En effet, en 2014, je n’avais ni l’expérience ni le recul que j’ai aujourd’hui. Je n’avais pas non plus mon regard de Coach de vie (et même de Personal trainer). En 2016, j’avais déjà commencé ma nouvelle aventure de Coach sportif, y revenir et ré-éditer cet article a donc été une expérience super intéressante.] 

Tout a commencé dès l’adolescence
Il y a maintenant 17 ans, j’étais une collégienne qui se cherchait. J’étais une « tête » comme on dit. J’adorais apprendre… autant que rire – et ça devait déranger.
Prise pour cible, une bande de filles a été impitoyable avec moi : je les avais surnommé les « 3 M ». Elles me harcelaient en me laissant des mots humiliants sur mon blog de l’époque. J’avais également mon sacro-saint agenda (que l’on se faisait passé dans les rangs à l’époque pour que nos amies nous écrivent, tu te souviens ?) Elles me l’ont volé et saccagé de mots tous plus horribles les uns que les autres. Ce n’était que le début, chaque jour je retrouvais des mots dans mon sac de cours et sur ma messagerie vocale…
« T’es moche !!! », « Trop laide !!! », « Personne ne t’aime. », « Tu ne sers à rien. ». On m’avait appris que « L’ignorance est le meilleur des mépris. » Donc, je les ignorais. Je ne voulais pas me laisser avoir. De toute façon « c’était pas grand chose », c’est ce que je me disais.
J’ai pourtant fini par les croire.
Quand on a 13 ans, ça ne pardonne pas. Tellement de choses se jouent à ce moment là. J’ai perdu absolument toute confiance en moi.
Mes notes ont baissé, mes sourires se faisaient de plus en plus rares, je me renfermais sur moi-même. Moi qui suis un pitre depuis petite, cela a alerté mes parents. Ils ont rapidement réagi dès qu’ils ont su mais le mal était déjà fait. Les mots de ces filles étaient devenus miens et résonnaient dans ma tête.
C’est mon histoire. Peut-être qu’elle ressemble à la tienne ? Nous sommes beaucoup à être passées par là… Peut-être qu’elle te parait dérisoire, au contraire ? Mais elle a pourtant eu de terribles conséquences. Je ne m’aimais plus.
Ne pas croire en soi, détester son corps… mais ne pas le montrer. Seulement l’écrire. C’est ce que je faisais régulièrement dans les pages de mon journal intime. Aujourd’hui quand je relis ces pages, c’est avec effroi. J’étais si dur envers moi-même. J’étais devenue pire que les « 3 M » : ma pire ennemie.

Avoir confiance en soi et s’aimer est pourtant essentiel pour être épanouie.

Es-tu toi aussi ta pire ennemie ?
Peux-tu prendre quelques secondes et penser aux pensées qui te viennent quand tu te regardes dans le miroir ?
Ok, maintenant que c’est fait. Est-ce que tu aimerais que la personne que tu aimes le plus au monde pense des choses pareilles ? La réponse est non, je le sais car ton coeur est rempli d’amour. En plus c’était une question piège. Tu dois être la personne que tu aimes le plus sur cette planète. Tu vas passer ta vie avec toi-même, dans ce corps que tu repousses de toutes tes forces. Alors cesse de t’infliger ce calvaire au quotidien. Je le connais trop bien et je sais à quel point ça peut faire mal.
La vie est courte. Je l’ai compris par la perte d’êtres chères à mon coeur parti(e)s bien trop jeunes…
Il est si important de se rendre compte que l’on n’a pas tout notre temps pour commencer à vivre – et non plus seulement exister.
TU n’as pas tout ton temps. Arrête de remettre au lendemain cette chose si essentielle : l’amour de toi-même. Et ne culpabilise pas en pensant que c’est égoïste ou narcissique. Self-love is not selfish!

Comment vois-tu ta vie ?
Que veux-tu que l’on retienne de toi ? Que tu es une personne qui croque la vie à pleine dent et qui inspire le bonheur ? Ou une personne qui discrète qui n’ose pas s’exprimer car elle ne croit pas en elle, qui n’ose pas se baigner pour ne pas montrer son corps, qui ne veut pas aller dans des soirées parce qu’elle a peur qu’on la trouve moche ou inintéressante.
Qu’aimerais-tu ressentir sur ton lit de mort ? – je sais, ça peut paraître morbide mais cette question provoque l’effet totalement inverse ! Souhaites-tu avoir des regrets ? Le regret de ne pas avoir accompli tes projets et tes rêves car tu n’as jamais cru en toi et que tu avais peur d’échouer ? Veux-tu culpabiliser à l’idée d’avoir maltraité ton corps durant toute ta vie ? Car il est bien question de maltraitance quand on pense à tous ces mots terribles que l’on s’inflige, à tout ce que l’on s’empêche de vivre pour extraire notre corps du regard des autres.
Il est donc temps de changer. Célébre le fait d’être là, à cet instant présent ma Beautiful. Souris. (Vas-y souris, personne ne te regarde. Je ne plaisante pas. Souriiiiiis.) Et dis-toi une chose, personne, même pas toi-même, n’a le droit de te dire que tu n’es pas assez bien ou que vous ne sers à rien. PERSONNE ! Parce que c’est FAUX ! 

Aime-toi ! Un point c’est tout.

Tu n’es pas parfaite ? Et alors ?! On s’en fouuuuuut, QUI L’EST ? Je ne le suis pas, ta voisine ne l’est pas, personne ne l’est et heureusement ! La perfection, c’est l’ennui assuré. Promis, j’ai essayé. On essaie que tout soit bien carré, parfaitement comme il faut et au final rien ne se passe car ça n’existe pas. L’imperfection par contre, c’est le challenge et la surprise. Beaucoup plus fun !
Quand on s’assume, la vie est différente et je ne souhaite qu’une chose ! Que tu aies cet état d’esprit.
Ça ne vient pas tout seul, je suis la première à le savoir. Il faut y travailler au quotidien mais tu dois commencer dès aujourd’hui. Si tu n’aimes pas ton corps, est-ce que tu te dis « Ok Leona, d’accord mais j’ai encore quelques kilos et que ce sera bon. Bientôt… » 
J’ai une question à te poser. Vouloir perdre du poids est très louable si tu se rends compte que tu as a une mauvaise hygiène de vie et que ta santé (ou ton quotidien du moins) commencent à en pâtir, mais pour qui veux-tu perdre ces kilos réellement ? 
La seule réponse correcte est la suivante : POUR TOI !

Pas pour plaire à certains hommes qui bavent devant des photos photoshopées, pas pour plaire à ta mère tyrannique, pas pour ton patron, ni même pour tes enfants mais pour TOI et là ce sera une aventure formidable. Plaire aux autres peut être un bonus mais tu te rendras compte que si tu fais ça pour toi, tu oublieras le regard des autres.

Ou peut-être que tu ne te trouves pas assez intéressante et que tu te dis « Après telle formation ou après avoir lu tel bouquin, je serai prête à apprendre à m’aimer. »

Encore une fois, pourquoi attendre ? Qu’est ce qui te fait penser que tu n’es pas assez intéressante ?
Je suis consciente qu’en lisant ces lignes, certaines vont se dire que c’est plus facile à dire qu’à faire et j’en suis consciente car je suis passée par là. Et j’ai encore des moments de rechute… Je ne suis pas parfaite et je reste un être sensible. Par contre, cela fait des années que je travaille dessus, je sais donc rapidement me remettre dans une dynamique positive (et depuis mes études de Coach de vie, j’ai de nouveaux outils précieux qui m’aident toujours plus.)
Autre question : Pourquoi penses-tu que tu ne mérites pas de t’aimer ?
Le piège de la comparaison
Je tenais à parler d’Instagram et du piège dans lequel il peut être facile de tomber : la comparaison !
Tu suis très certainement des femmes qui t’inspirent. Il y a des jours où elles te donnent la patate et te font rêver car tu veux être « comme elles ». Puis d’autres jours où tu vas te comparer et être démoralisée.

Un conseil, admire les personnes pour ce qu’elles ont accompli dans la vraie vie, pas pour l’image qu’elles représentent ! 

Ne te compare plus. Ou si tu souhaites te comparer, fais le avec la personne que tu étais il y a un an, un mois ou une semaine.

Enfin, sache que l’image que l’on a de notre corps peut être erronée. Notre perception de nous même se nourrit de notre expérience et de nos émotions. Nous sommes donc bien souvent en décalage avec l’image réelle de notre corps ! Cela ne t’est-il jamais arrivé de voir une photo de toi et de te dire que tu es bien dessus alors qu’à l’époque quand tu te regardais dans un miroir tu te sentais mal dans ta peau ? La preuve que l’esprit peut jouer des tours et modifier la perception de la réalité. Sois donc vigilente et cesse de te regarder avec les sourcils froncés à l’affut du moindre bout de gras qui dépasse. Ce gras fait partie de la femme exceptionnelle que tu es.

Sois actrice de ta vie.

Pour te réconcilier avec toi-même et apprendre à t’aimer, il est donc primordial que tu (re)connectes ton corps, tes émotions et ton esprit. S’aimer ce n’est pas uniquement une question de physique, c’est avant tout être en accord avec soi-même.
Fais ce que tu aimes, lance-toi de nouveaux défis et découvre la personne extraordinaire que tu es ! Le reste viendra tout seul ! Promis ! C’est ce que j’ai fait et aujourd’hui je vis une vie que j’aime avec un grand A dans un corps que j’apprends à aimer chaque jour toujours plus et c’est tellement bon.

Apprendre à s’aimer est un challenge pour la majorité des femmes de notre société actuelle. Et nous avons toutes des histoires différentes. Quelle est la tienne ? Où en es-tu dans ton rapport à ton corps et ta confiance en toi ? J’espère que lire mon parcours t’aura inspirée à commencer à t’aimer dès maintenant.

* Photos d’Ewa des Rendez-vous d’Ewa qui dâte de 2016. C’est à cette époque que j’ai vraiment réalisé à quel point il était important d’apprendre à s’aimer.

Un coaching avec moi est la meilleure des solutions si… tu souhaites prendre confiance en toi et mettre en place un PLAN D’ACTION* qui te permettra de devenir Celle qui OSE créer la vie de ses rêves ! – Qui ose s’aimer, célébrer son corps, prendre soin d’elle, écouter son intuition, trouver sa voie, sa raison d’être – et tout en même temps bien souvent*, parce que la confiance en soi est à l’origine de tout !

* Voici les domaines dans lesquels je suis spécialisée, de par mes formations (Coach de vie ICF, prof de Yoga & Personal trainer) + mes experiences personnelles.

Je suis la Coach qu’il te faut. Booster de confiance en soi & révélatrice de potentiel, au travers de mes coachings j’aide les femmes du monde entier à devenir Celles qui osent créer et VIVRE une vie qu’elles Aiment avec un grand A ! Parce que chaque femme a une Audacieuse qui sommeille en elle.

Réserver ma session "découverte"

Comment faire pour être toi-même ? Exercices pratiques !

Lors de mes coachings de vie, un sujet revient très souvent. Mes clientes m’expliquent qu’elles se sentent totalement prisonnières du regard des autres et me demandent: ‘Comment faire pour être moi-même?’
Ces femmes ont toutes quelque chose de singulier en elles qu’elles n’osent pas dévoiler. Elle vivent, pensent et agissent pour les autres. Pour être en accord avec ce que veut la société, leur conjoint, leurs parents, leurs amis et elles finissent par s’oublier. Tu vois de quoi je veux parler ?
Cela part d’un bon sentiment à la base et d’ailleurs c’est toujours par rapport à un bon sentiment… pour faire plaisir aux autres. Et puis, un jour, tu te réveilles et tu sais que quelque chose cloche. Ce n’est plus assez. Tu as besoin de plus. Tu ressens ça depuis des mois voire des années, ce sentiment qui te colle de plus en plus à la peau, cette anxiété qui commence à tout gâcher mais que tu n’assumes pas. Et un jour, tu ouvres les yeux sur la vérité. Tu n’es pas censée faire ce que tu fais. Tu le sais très bien et tu ne peux plus ignorer la souffrance et l’angoisse sourde que cela engendre.
Si tu es en train de lire ces lignes et que tu es scotchée car c’est exactement ce que tu ressens. Ne t’inquiète pas. C’est juste le début de ton éveil et tout va bien se passer. Tu en as simplement assez d’essayer de vivre une vie qui n’est pas la tienne.
Pendant toute mon enfance et mon adolescence, j’avais réussi à m’affirmer et ne pas me soucier de ce que les autres pensaient. Puis en devenant adulte, il a fallu commencer à travailler et c’est là que j’ai commencé à céder. J’ai essayé de rentrer dans des cases mais chacun de mes choix étaient de plus en plus inconfortables… Dire oui alors qu’en fait on n’a pas envie, ne pas s’écouter, ne rien faire/dire parce que ça risquerait de créer un conflit ou parce qu’on a peur de ce que les autres vont penser. Ça peut s’appliquer à tous les domaines de la vie et d’ailleurs je suis certaine que tu es en train de passer en revue le nombre de fois où tu n’as pas réellement fait ce que tu avais envie de faire. Est-ce que je me trompe ?
Si tu me suis depuis mes débuts, tu sais que j’ai commencé à mettre ma vie sans dessus-dessous en 2013. Afin de devenir la personne que je suis réellement, je pouvais choisir d’être heureuse, de décevoir certaines personnes et n’y porter aucune importance. Je ne me suis pas posée la question bien longtemps et je me suis lancée.
Ça a été la décision la plus libératrice et terrifiante de mon existence. Mais le sentiment de terreur n’est que temporaire alors que la liberté, elle, ne fait que grandir.
Comment j’ai procédé ?
1. Prends du recul et ouvre les yeux sur la vie que tu mènes
C’est une première étape essentielle. Faire le point. Ne pas avoir peur de regarder la vérité en face et te dire si oui ou non la vie que tu mènes te convient.
 2. Te reconnecter à toi-même
Être ou ne pas être moi-même ? Shakespeare Your Dreams !
« Qui suis-je ? »
C’est une question à laquelle, il peut devenir compliqué de répondre. On peut être tentée d’ajouter : « Qui suis-je… en ce moment ? » « Qui suis-je… réellement au fond de moi ? » Pourquoi se poser ces questions ? Y a-t-il une différence ? Si elle existe, ce n’est pas normal. Tu es libre d’être qui tu es réellement au fond de toi là maintenant tout de suite. Mais aussi dans deux minutes, une semaine et encore des années, toute ta vie !
TU as le choix, vis dans le vrai et sois toi-même !
Écrire ces lignes me donne des frissons… C’est si important. (si tu me voyais taper énergiquement sur mon clavier, tu verrais la passion qui m’anime haha)
1. Je te propose donc de prendre un carnet et de commencer à répondre à cette question : « Qui suis-je? »
Tu as du mal à trouver des réponses qui donnent vraiment du sens à ta personnalité? Je ne te demande pas de faire une liste de tes qualités et défauts, tu n’es pas en entretien. Tu es seule, face à toi-même et tu souhaites te retrouver.
Ferme les yeux et reconnecte-toi à toi-même: qu’est ce que tu adores faire ? Qu’est ce qui te donne le sourire ? Comment aimes-tu passer tes week-ends ? Tu ne sais pas répondre à ces questions ? Prends encore plus de recul et réfléchis à tout ce que tu aimais faire enfant, adolescente puis en tant que jeune adulte. 
2. Pose-toi cette autre question: s’il n’y avait aucune limite, comment te comporterais-tu au quotidien ? 
S’il y a un décalage immense entre tes réponses et la réalité, fixe-toi des petits challenges et sois toi-même un peu plus chaque jour. Et justement, j’y viens.
3. Se challenger un peu plus chaque jour.
 
Exemples de challenge:

Dire non si tu n’as pas envie ou que vous n’es pas d’accord. (Cela peut être tout simplemet de refuser une invitation car tu as besoin de temps pour toi).
Dire ce que tu penses réellement sur un sujet. Cela donne toujours naissance à des conversations intéressantes, n’aies pas peur, lance-toi.
Faire quelque chose que tu aimes et qui apporte du bonheur dans ta vie, rien que parce que tu as envie et fais-le toute seule.
Commente l’article et partage ta réponse à la question « qui suis-je? » et le challenge que tu te fixes cette semaine. 

Ce serait vraiment merveilleux que tu relèves le dernier challenge en partageant ta réponse (ou une partie de ta réponse) en commentaire ou par e-mail à coaching@fityourdreams.com afin de te présenter telle que tu es vraiment. Un premier acte de courage qui te permettra de te sentir lancée vers la reconquête de toi-même. Et puis j’aimerais tellement apprendre à te connaître (je te répondrai bien évidemment!)

COACHING - INSCRIPTION LISTE D'ATTENTE
En t'inscrivant à cette liste, tu seras informée en priorité dès la réouverture des inscriptions au coaching Fit Your Dreams. Il est temps de redécouvrir qui tu es vraiment en te reconnectant à ton corps, ton coeur et ton esprit afin de déborder de confiance en toi et créer une vie que tu Aimes (avec un grand A, oui oui!) * N'hésite pas à ajouter coaching@fityourdreams.com à tes contacts pour que le mail qui t'avertira ne se perde pas dans les spams !

Tu seras avertie dès que les inscriptions seront ouvertes!

Prénom

E-mail

Je veux être avertie

En chargement

6 EXERCICES POUR DONNER DU SENS À TA VIE (GUIDE GRATUIT)

fit-eat-dream-2-ebook-gratuit-fit-your-dreams

BOUGER & MANGER AVEC PLAISIR (GUIDE GRATUIT)

fit-your-dreams-guide-sport-recettes

Catégories

CRÉE LA VIE DE TES RÊVES !